mercredi 4 juin 2014

Love Letters to the dead de Ava Dellaira

Edition : Michel Lafon

Résumé : Tout a commencé par une lettre. Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande sœur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger… À ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d’écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à cœur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est vraiment passé la nuit où May est décédée.


***


Avis : Je ne sais pas si je suis insensible, mais pourquoi autant d'engouement pour ce livre ?

C'est vrai qu'il est touchant dans l'aspect ou Laurel a perdu sa sœur et que c'est toujours dur de perdre quelqu'un. Moi-même, je ne pourrais pas imaginer perdre l'un de mes frères. Mais en dehors de cela, j'ai trouvé qu'il pouvait être facilement excluant et que l'héroïne était tout bonnement insupportable. Je l'ai lu, certes, assez rapidement car il a une écriture fluide et facile mais c'était surtout pour pouvoir m'en débarrasser rapidement.

Dans la mesure ou le livre fait référence à tout un tas de titre musical, je trouve que l'on peut vite se sentir exclus si l'on ne connait pas ceux-ci en en question. Ce qui m'a d'ailleurs bien saoulé. Ce qui m'a aussi bien saoulé, c'était Laurel. C'est typiquement le genre de personnage autodestructeur que je ne supporte pas. J'aime les personnages qui ne se laisse pas abattre et qui font tout pour s'en sortir, ce qui n'était clairement pas le cas de Laurel et cela a grandement favorisé mon jugement négatif de ce roman.

De plus, je n'ai pas réussi à m'attacher à un seul des personnages. Que ce soit Laurel, Sky, Hannah, Nathalie, Tristant ou Kristen, pour moi, aucun ne valait mieux que l'autre.

Cela dis, j'ai particulièrement apprécié la forme de rédaction entièrement épistolaire du début à la fin. Je trouve que ça change de ce que l'on a l'habitude de lire. Et la couverture est tout bonnement à tomber, malheureusement, mon coup de cœur a été pour la couverture mais pas pour l'histoire.

Orbianna 

6 commentaires:

  1. T'as plus qu'à enlever le bouquin de ta bibli pour le clouer au mur pour sa couverture!! Haha
    Tu devineras qui t'a écrit ça.... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une idée ! Mais je peux pas faire ça à un livre, c'est pas possible !

      Supprimer
    2. C'est vrai qu'à partir du moment où tu as l'amour des livres, outrager une couverture même pour un livre bof, ca fait comme si tu outrageais tous les autres.
      Un livre quoi qu'il renferme est une oeuvre d'art je suis assez d'accord avec toi.
      Bon ben vends le et avant photocop la couverture :p

      Supprimer
    3. Ou je le garde juste parce qu'il est beau ! :p

      Supprimer
  2. Humm, bon du coup j'hésite à le lire , je suis intriguée à cause de l'engouement que j'ai pu voir sur la blogosphère mais voilà ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais à l'encontre de l'avis général ! :p

      Supprimer