mardi 26 août 2014

Kaleb, tome 1 de Myra Eljundir

Edition : Robert Laffont, Collection R

Résumé : A 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-même.
Et cela le rend irrésistible.
Terriblement dangereux.

Parce qu'on ne peut s'empêcher de l'aimer.
A la folie. A la mort.



Sachez que ce qu'il vous fera, il n'en sera pas désolé. Ce don qu'il tient d'une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme un bête, il en veut toujours plus. Jusqu'au jour où sa propre puissance le dépasse et où tout bascule...
Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?


***


Avis : Kaleb fut une lecture étrange. Pour commencer, le style d'écriture avec un narrateur omniscient m'a beaucoup déstabilisé. On a plus l'habitude d'avoir le héros en narrateur et là, ça m'a crispé au début, mais j'ai su m'y habituer. J'ai aussi su persévérer parce qu'au début, j'avais vraiment beaucoup de mal à me mettre dedans, à savoir si j'aimais ce que je lisais ou non. Comme les avis sont plutôt tranchés sur cet ouvrage, je me suis dit 'je ne vais pas être celle qui va être dans le flou tout de même ?' et non ! Dieu merci, une fois la moitié du livre passée, j'ai dévoré les pages.

Ce qui a donné son côté addictif a l'ouvrage, se sont toutes les questions que l'on se pose, car l'auteure a le chic pour nous donner des bribes de révélations, juste assez pour douter de tout. Les questions sont donc nombreuses et on veut avoir les réponses même si pour certaines cela semble plutôt évident. Si l'on est attentif à sa lecture, c'est assez simple de comprendre où Myra Eljundir nous emmène, mais on est sûr de rien donc on tourne les pages sans les voir passer.

Pour ce qui est du héros Kaleb et de son histoire, on le voit évoluer, découvrir son don d'empathe, perdre pied. On a peur avec et pour lui, on espère beaucoup aussi. On le voit se battre, chuter, essayer de se relever. C'est très bien ficelé et on veut le voir réussir à être bon.

En parallèle, il y a aussi cette mystérieuse organisation, Sentinel qui le traque. Et grâce à la narration omnisciente, on en apprend beaucoup sur eux aussi, leur façon de faire, leur but, leur histoire. J'ai beaucoup aimé les passages ou l'on découvrait leur histoire.Cette organisation nous présente deux personnages importants du récit, le colonel Bergsson et son assistante qui ont chacun un rôle très spécial et si l'on apprend à détester le premier, la seconde est plus nuancée. Ces deux personnages sont aussi remplis de mystères et on va de surprise en surprise ce qui est très appréciable !

S'il y a bien un personnage très, très mystérieux aussi, c'est bien l'homme Noir des rêves de Kaleb ! Alors, lui, quand on apprend les détails on est sur les fesses !

Bref, je crois que je peux dire que Kaleb a été une lecture en deux teintes. D'abord laborieuse avec la première moitié du livre où j'ai eu du mal à me mettre dedans et la seconde où je me suis prise de passion !

Chronique Kaleb T2 : Abigail
Chronique Kaleb T3 : Fusion
Orbianna 

5 commentaires:

  1. C'est un livre qui me tente beaucoup mais j'hésite toujours à le lire. Je pense quand même que je finirai par le lire, pour enfin me faire mon avis ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est le mieux à faire de toute façon :)

      Supprimer
  2. J'ai beaucoup aimé et je me demande vraiment ce que la suite nous réserve ^^

    RépondreSupprimer
  3. Ah KAleb, si au début, j'étais un peu comme toi dans le ressentis, j'ai rapidement oublié le côté "Mais WTF ce livre" et après c'est partie tout seul, ce ut un énorme coup de coeur, pour les 3 tomes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le tome 2 a été celui que j'ai préféré des trois pour ma part ! :)

      Supprimer